Un article Forum des Communes - Dernière mise à jour : 24/06/2011
Développer des circuits courts
Sommaire

Introduction

I- Qu'est-ce qu'un circuit court ?

     A- Définition

     B- Objectifs

II- Quel rôle des collectivités locales pour leur mise en place ?

     A- Une initiative d'intérêt général

     B- Une position privilégiée

III- Quelles sont les étapes de leur mise en place ?

     A- 3 étapes essentielles

     B- Evaluer l'offre et la demande

          1) La demande

          2) L'offre

Conclusion

Les collectivités locales ont un rôle à jouer dans ce domaine.

Introduction

La volonté grandissante des français de se tourner vers de nouveaux modes de consommation se fait de plus en plus sentir. Avec le mouvement de développement durable, les exploitations agricoles sont les premières sollicitées pour changer leurs habitudes de production, mais aussi de distribution. Les consommateurs sont demandeurs de plus de transparence quant à la provenance des produits : les circuits courts sont dès lors une réponse adaptée. Explication de cette nouvelle forme de distribution qui a le vent en poupe.

I- Qu'est-ce qu'un circuit court ?

     A- Définition

Un circuit court consiste en la réduction du nombre d’intermédiaires de distribution entre le producteur et le consommateur tout en favorisant la proximité géographique.
Camille Chamard, enseignant-chercheur à l’université de Pau sur le sujet, distingue 3 types de distribution :
- Les circuits directs, où le producteur distribue directement au consommateur, sans aucun intermédiaire
- Les circuits courts, où il y a un seul intermédiaire entre le producteur et le consommateur
- Les circuits longs, où on trouve plus d’un intermédiaire entre le producteur et le consommateur
Cette définition correspond aussi à celle donnée par le ministère de l’agriculture, de l’alimentation et de la pêche dans le cadre du Plan Barnier pour l’agriculture, qui vise entre autres à développer les circuits courts.

     B- Objectifs

L’objectif principal des circuits courts est de réintégrer la fonction de distribution, souvent noyée aujourd’hui dans un réseau de distribution gigantesque où producteur et consommateur sont complètement déconnectés l’un l’autre. Les marchés ne sont plus conditionnées par l’amont (le producteur), mais par l’aval (le distributeur et le consommateur), faisant perdre tout pouvoir d’action de la part du producteur. Les circuits courts ont donc pour vocation de réorienter la valeur sur un territoire et ses usagers, de façon à ce que l’entreprise agricole puisse se réapproprier la distribution et disposer d’une liberté plus grande de gestion de sa production.

 

Le Plan Barnier, lancé en 2009, est composé de 16 mesures, dont une entièrement consacrée au développement des produits de saison et de proximité dans les achats alimentaires, dans l’intérêt des consommateurs et des agriculteurs à la fois.

 

Mais la mise en place de telles initiatives nécessite une bonne connaissance des territoires, issue d’un ancrage local bien établi. C’est pourquoi les collectivités locales ont assurément un rôle à jouer dans ce domaine.

II- Quel rôle des collectivités locales pour leur mise en place ?

     A- Une initiative d'intérêt général

Le développement des circuits courts émanant surtout d’une demande de la part des citoyens d’une meilleure qualité de vie et d’un meilleur contrôle des produits consommés, les collectivités locales se trouvent en première ligne pour répondre à ces attentes. En effet, souvent, la demande est plus forte que l’offre en termes de développement de circuits courts, puisque les agriculteurs sont engagés auprès de grands groupes industriels et cette démarche demande alors une prise de risque de leur part, puisque ne sachant pas si cela rentable ou pas.

 

Le développement des circuits courts, en plus de ses avantages économiques, est aussi entouré d’une forte dimension sociale, puisque remédiant à l’isolement des agriculteurs, artisans et commerçants, qui peuvent à nouveau disposer d’un contact humain direct avec les consommateurs, instaurant une relation de confiance et un engagement sur la qualité des produits. Ici encore, les élus sont les mieux placés pour rétablir une symbiose entre consommateurs et agriculteurs puisqu’ils se placent comme trait d’union entre ces derniers.

     B- Une position privilégiée

Les collectivités peuvent se placer comme intermédiaire en étudiant pour eux la demande et leur assurer qu’il y a un marché demandeur ou non. En effet, le problème rencontré le plus souvent est celui du manque de lien entre les consommateurs et les producteurs. Par leur connaissance générale des territoires, de ses acteurs économiques et de ses habitants, les collectivités locales deviennent dès lors des actrices privilégiées pour tisser des liens entre ces deux groupes.

 

On note aujourd’hui une implication croissante des collectivités territoriales dans le développement des circuits courts. Somme toute, elles peuvent en effet :

- améliorer connaissances sur circuits courts et les diffuser

- adapter la formation des agriculteurs de la production à la vente

- favoriser l’installation d’agriculteurs en circuits courts : accès au foncier, aides publiques et prêts bancaires.

- mieux organiser les circuits courts

 

Par où commencer et quelle méthode employer pour établir des circuits courts ?

III- Quelles sont les étapes de leur mise en place ?

Les collectivités locales, par leur positionnement clé, peuvent alors étudier leur territoire pour déterminer comment se présentent l’offre et la demande, quitte à mettre en place des stratégies pour développer l’une ou l’autre.

     A- 3 étapes essentielles

Camille Chamard propose un schéma théorique pour aborder le développement des circuits courts :

- La constitution d’un groupe de pilotage intégrant à la fois des élus, des consommateurs, des producteurs et des chambres consulaires pour définir ensemble quels types de circuits courts sont concernés, les territoires pertinents, les points de vente.

- La constitution d’un autre groupe de travail rassemblant des personnalités les plus diversifiés possibles pour recenser toutes les contradictions possibles sur le projet puisque les enjeux d’un producteur, d’un consommateur et d’un élu sont bien évidemment différents.

- La mise en place d’un système d’évaluation de l’efficacité des actions par rapport aux résultats attendus, répondant à la question : comment structurer le territoire pour qu’il soit bénéficiaire du projet ?

     B- Evaluer l'offre et la demande

          1) La demande

Pour susciter une demande sur un territoire, il faudra établir une stratégie de communication pour amener les consommateurs à changer leurs habitudes de consommation.

Quelques éléments à savoir pour appréhender la demande d’une façon stratégique :

-         La demande n’est jamais homogène

-         Le consommateur est influencé par ce qu’on lui propose

-         Le consommateur est à la fois rationnel et irrationnel

 

L’idéal est donc de pouvoir l’observer sur le long terme en mesurant les pratiques de consommation des habitants du territoire concerné. Pour cela, il est intéresant de se baser sur des données précises de population du territoire, le pouvoir d’achat de ses habitants, et particulièrement la part consacrée à l’alimentation.

          2) L'offre

Il va falloir procéder à une évaluation relativement précise des agriculteurs du territoire, et apprendre à les connaître, et identifier leurs pratiques de production. Identifier les agriculteurs de son territoire. Pour ce faire, les collectivités locales peuvent s’adresser aux réseaux agricoles présents sur leurs territoires, qui pourront les mettre en contact avec leurs membres.

 

Enfin, pour inciter les agriculteurs à se lancer dans les circuits courts, les collectivités se doivent de construire un véritable projet avec les agriculteurs, mettant en avant l’intérêt pour leur entreprise et une garantie de pérennisation de l'initiative.

Conclusion

Les collectivités locales ont donc un rôle clé à jouer dans le développement des circuits courts sur leur territoire puisqu'elles se posent comme intermédiaires privilégiés entre les producteurs et les consommateurs.


Une fiche pratique Forum des Communes
Agenda
Réseau des Communes - Pauline
Participez !